père duchesne

Ce blog raconte la vie alternative sur poit poit city

Blog

Catégories

Derniers billets

Pages

Compteurs

Liens

Fils RSS

merci à tous

Par père duchesne :: 17/11/2008 à 12:06 :: Général
Le SKA   tiens a remercier
 tous les benevoles,

 artistes,
 techniciens,
tables de presses,
 et differents partenaires

de la journée kultur' alternat'....


@ bientot ....


ce blog ne sera bientot plus utilisé aussi vous pouvez vous redirigez


(le lien est pret! )

en attendant,
 nous mettrons tout de même les photos en ligne
 
mais pour ca merci de nous les envoyer à

notre adresse mel : ska86@no-log.org

Par père duchesne :: 15/11/2008 à 15:51 :: Général

12 & 13 dec en nord deux sevres!

Par père duchesne :: 13/11/2008 à 18:03 :: Culture

Agression d’un jeune militant par un groupe fasciste dans l’enceinte de l’université de Reims Champagne-Ardenne (Communiqué)

Par père duchesne :: 06/11/2008 à 23:45 :: Général
Agression d’un jeune militant par un groupe fasciste dans l’enceinte de l’université de Reims Champagne-Ardenne (Communiqué)

Jeudi 16 octobre 2008 Yacoub, membre actif de l’association Homozygote (association étudiante pour la diversité d’orientations sexuelles et d’identités de genres) et de Ras l'front Reims (association de lutte contre le racisme et le fascisme) a été agressé par sept jeunes proches des réseaux fascistes rémois et qui sont, pour la plus part, connus pour leurs accointances avec l’extrême droite.

Cette agression a eu lieu dans le local de l’association Homozygote, située sur le campus de l’UFR de Lettres et Sciences Humaines, alors que quatre des sept agresseurs ne sont pas inscrits à l’université.

Yacoub a subi de nombreux coups portés principalement à la tête accompagnés d’injures homophobes. Depuis il tente de déposer plainte mais, malgré deux déplacements au près de l’Hôtel de Police de Reims et beaucoup d’insistance, seule une main courante à été enregistrée à ce jour.

L’association Homozygote tient cependant à remercier la mairie de Reims, en la personne de Mme Koez, pour sa réactivité et son soutien apporté à Yacoub afin que sa plainte finisse par être enregistrée.

Cette agression fait suite à plusieurs menaces répétées et régulières qui ont été, une fois de plus, réitérées après l’agression à l’encontre de l’association Homozygote.

Alors que les agressions et meurtres de militantEs de la diversité se multiplient en Russie et que la remontée du fascisme en Italie effraie jusqu’à l’hebdomadaire catholique italien « Famiglia Cristiana », l’Association Homozygote souhaite éveiller l’attention sur le développement des groupes extrémistes un peu partout en Europe y compris en France.

Afin de nous aider à valoriser la diversité ; à sensibiliser l’opinion publique et les autorités sur l’urgence de la mise en place d’actions concrètes pour permettre aux jeunes de se rendre sur leur lieu d’études sans craindre le fascisme ; et à dénoncer un acte lâche qui n’aura pour conséquence que de développer notre motivation à promouvoir un peu plus chaque jour l’enrichissement par la diversité. Merci de diffuser ce communiqué aussi largement que possible.

Association Homozygote UFR de Lettres et Sciences Humaines de Reims http://www.associationhomozygote.levillage.org associationhomozygote@yahoo.fr

Contact Presse : Maxence de Barros (Porte parole d’Homozygote) tel : 06.83.48.99.39 mél : debarrosmaxence@yahoo.fr

dimanche 26 octobre 2008


Communiqué de l'équipe légale du contre-sommet de Vichy sur la répression policière

Par père duchesne :: 05/11/2008 à 13:51 :: Général


L'équipe légale pour le contre-sommet de Vichy appelle à ce qu'une solidarité en parole et en acte s'exprime en vue d'éventuels procès et à ce que soit mis en place des mobilisations publiques face à la répression

Le 3 novembre, plus de 2000 manifestant-e-s se sont retrouvées dans les rues de Vichy pour protester contre les politiques de répressions des migrants. Il est rapidement apparu qu'une bonne partie d'entre eux souhaitaient ne pas se cantonner à un simple défilé et voulaient tenter de bloquer les rues et de perturber le sommet. Divers moyens ont été utilisés pour essayer d'atteindre la zone rouge et de dépasser les barrages policiers : cordes attachées aux grilles et tirées, projectiles, barricades. La réaction des policiers mobilisés massivement (plus d'un millier de CRS, gardes-mobiles, polices montée, Brigade-Anti-Criminalités) a été immédiate. Ils ont inondé les rues de gaz lacrymogène et ont refoulé petit à petit les manifestant-e-s jusqu'au meeting officiel à l'Espace Chambon dans Cusset. C'est là que des barricades ont été remises en place face aux tirs de flashballs de la police.

Plus tard dans la nuit, des policiers sont venus au camping attribué aux manifestant-e-s. La quinzaine de personnes qui y dormaient en ont été expulsés par surprise à coup de pied dans la tête à travers les tentes, puis suivis dans les rues de la ville. Mardi matin plusieurs groupes de personnes ont été arrêtés, simplement parce qu'elles se rendaient à la gare ou marchaient dans les rues.

En tout et pour tout, une quarantaine d'interpellations ont été effectuées à notre connaissance par les forces de police. Certaines sont arrivées lors de course-poursuites et de nombreuses autres à l'occasion de fouilles sur des manifestant-e-s, lorsque ceux-ci détenaient par exemple des masques en carton pour se protéger des gaz lacrymogènes. Plus d'une vingtaine de personnes ont été relâchées assez rapidement après des contrôles d'identité renforcés. Une quinzaine d'autres ont vu leurs Garde à Vue prolongées de 24h. Le parquet n’a pas décidé s’ils passeront en comparution immédiate, si leur procès sera reporté ou s’ils seront mis en examen ultérieurement. Nous ne connaissons pas encore les conditions d'arrestation exactes de toutes les personnes arrêtées. Les éventuels chefs d'inculpations n'ont pas encore été rendus publics. Pourtant, les témoignages concordent pour dire qu'une dizaine des personnes encore retenues ont été prises au hasard par la BAC. Les policiers en civil courraient en effet après une partie du cortège se rendant à l'Espace Chambon et ont arrêté ceux qui étaient le plus à la traîne, en les gazant et matraquant au sol. Pourtant, même en l'absence de faits avérés répréhensible par la justice du côté des manifestant-e-s, il est tout à fait possible que le parquet cherche à les inculper lourdement.

L'équipe légale pour le contre-sommet de Vichy s'est constituée pour soutenir les manifestant-e-s face à la répression policière et organiser une solidarité collective vis à vis de tou-te-s les inculpé-e-s. Elle a aussi pour objectif de donner une autre version des faits que la vision policière qui filtre à travers la presse et s'étalera dans les tribunaux.

Nous rappelons à ce titre que des tactiques de blocage et de perturbation sont reprises massivement depuis plus de dix ans internationalement à l'occasion des grands sommets (G8, Banque Mondiale, FMI, sommets européens...). Elles ont été très présentes ces dernières années en France lors de manifestations d'étudiant-e-s, de lycéen-ne-s, de salariés et de soutiens aux sans-papiers. Rappelons aussi qu'en ces temps sarkoziste, la répression de la contestation sociale est de plus en plus dure aussi bien dans la rue que dans les tribunaux..

Si il est vrai que les tactiques de perturbation du sommet ont fait hier débat au sein des manifestant-e-s, il était clair aussi qu'une large partie d'entre eux sont restés aux côtés de ceux qui voulaient pénétrer dans la zone rouge et qu'ils comprenaient très bien leurs objectifs. Dans les rues couvertes de fumées, on retrouvait aussi bien des groupes non-encartés, que des syndicalistes et militant-e-s de diverses organisations, participants au blocage ou observant à minima avec une certaine bienveillance et ne pas laisser cours à la répression policière.

Alors que la solidarité est plus que jamais de mise, on regrette que certains des porte-paroles des collectifs qui appelaient par ailleurs avec tous les mots les plus indignés à s'insurger contre "le sommet de la honte", semblent prêts à condamner les centaines de personnes venus dans la dynamique de perturber concrètement ce sommet, et qui ont pour beaucoup participé activement à la mobilisation. En tentant de les faire passer pour de "mystérieux casseurs" sortis de nulle part, isolés et irréfléchis, ils rejoignent et cautionnent le discours policier.

En cherchant à dénier un sens à des actions politiques par ailleurs amplement argumentées dans certains des appels à la mobilisation, les voies officielles relayées par les médias tentent d'invisibiliser et de neutraliser les démarches qui sortent du cadre acceptable pour Hortefeux et consorts. Elles se portent ainsi garantes d'un processus de criminalisation des mouvements sociaux et participent directement à la légitimation d'éventuelles condamnations.

L'équipe légale pour le contre-sommet de Vichy appelle à ce qu'une solidarité en parole et en acte s'exprime en vue d'éventuels procès et à ce que soit mis en place des mobilisations publiques face à la répression.

Nous continuerons à recueillir des témoignages sur la manifestation et les arrestations et à assurer un relais dans les temps à venir. Un soutien financier est à prévoir en cas de procès.

Les comparutions immédiates auront lieu demain (mercredi) à 14h au tribunal de Cusset (rue Gambetta). Il est important qu’un maximum de personnes puisse s’y rendre pour les soutenir dès demain matin.

L’équipe légale recherche en urgence des garanties de représentations (certificats d’études, de travail et de domicile, promesses d’embauches etc…) de la part des proches des personnes inculpées. Les garanties doivent être faxées le plus rapidement possible à maître Borie : 04 73 36 37 65.

contact tel pour plus d’informations : 06 43 78 77 98
contact mail : vichy2008@riseup.net

Pour envoyer des témoignages écrits et des soutiens financiers :
Caisse de solidarité c/o La lutine
91 rue Montesquieu
69 007 Lyon

Copyright © Ska 86 - Blog créé avec ZeBlog